Désolée, je suis attendue

Auteur : Agnès Martin-Lugand

Genre : Littérature contemporaine

Date de publication : 2016

Editeur : Michel Lafon

Pages : 378

 

 

 

Résumé :

Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d’affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l’adrénaline est son moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues, et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s’inquiètent de son attitude. Peu lui importe les reproches qu’on lui adresse, elle a simplement l’impression d’avoir fait un autre choix, animée d’une volonté farouche de réussir. Mais le monde qu’elle s’est créé pourrait vaciller face aux fantômes du passé.

 

Mon avis :

Sous couvert d’une dimension divertissante, Désolée, je suis attendue est un roman qui pose une problématique des plus sérieuses : consacrer sa vie entièrement à son travail, oui, mais à quel prix ? Le livre s’ouvre sur le personnage principal, Yaël, une jeune femme de vingt ans qui semble plus intéressée par la fête, ses amis, que le travail. Pourtant, une rapide avancée dans le temps nous montre ce personnage dix ans plus tard, en redoutable femme d’affaire qui ne vit que pour son job. Une telle métamorphose pose alors question : comment une telle réussite professionnelle est-elle possible ? Toutefois, nous découvrons vite que cette plongée à corps perdu dans le travail n’est pas aussi saine et paisible qu’on pourrait le croire. Comme si Yaël s’engageait dans cette voix pour échapper à sa vie.

Désolée, je suis attendue est un roman dense, mais qui se lit d’une traite, grâce à une écriture mise au service du récit. La plume d’Agnès Martin-Lugand n’a rien de présomptueux ; elle est simple, si bien qu’elle en devient invisible. Les mots s’enchâssent de façon naturelle, on peut alors se concentrer sur le récit et non le style. Le non-dit est une des caractéristiques de cette écriture qui rend la lecture agréable et douce, jusqu’à la fin. Ajouté à cela une tisane et une bonne couverture, ce livre est reposant et ça fait du bien !

 

 

Quant au titre, il est représentatif de l’état d’esprit de l’héroïne et agit comme un fil conducteur tout au long du récit. L’histoire n’a rien de très original, et pourtant l’enchaînement des événements nous réserve bien des surprises. Sous son enveloppe glaciale, Yaël est un personnage attachant, pour qui il est aisé de ressentir admiration et compassion. Ses quelques moments de lâcher-prise ravivent les émotions de son entourage, mais également du lecteur : on sourit devant la maladresse de la jeune femme qui, telle une enfant qui apprend à marcher, tombe mais fait des efforts pour se relever.

Désolée, je suis attendue est également un roman sur l’amitié. Bien que Yaël soit au centre de l’intrigue, les autres personnages occupent une place importante tout au long du récit. Leur force de compassion et leur amour pour leur amie est une véritable leçon d’amitié. Chacun évolue en fonction du comportement et du mode de pensée des autres, Yaël à plus forte raison. Chaque personnage est unique et prend une direction différente au fil des années. Pourtant, lorsqu’ils se retrouvent, beaucoup de choses sont restées intactes.

 

Conclusion :

Merci aux Éditions Michel Lafon pour la découverte de ce roman doux et reposant. Un immense merci également à Camille ainsi qu’à Agnès Martin-Legand pour la belle surprise à l’intérieur du livre. Ce récit d’une jeune femme forte et sensible ravira beaucoup de lecteurs !

 

Laisser un commentaire